Urbanisme

Risque de bétonnage au centre ville

4 août, 2015 à 14:22 | Posté par

Un riverain de la rue du Colonel Moll nous a fait parvenir le courriel suivant très éloquent:

 photo: source google map

photo: source google map

« J’habite depuis 15 ans rue du colonel Moll, à deux pas de l’hôtel de ville. Aujourd’hui, une voisine est venue frapper à notre porte, désespérée. En effet, depuis plusieurs jours, elle est « harcelée » par un promoteur (les courriers sont signés « Habitat de France ») qui souhaite acquérir son pavillon. En fait, elle voulait savoir si nous aussi avions reçu un courrier pour nous inciter à vendre notre bien… Apparemment, le projet irait de l’angle du boulevard de l’Hôtel de ville (n°57) au 15 rue du colonel Moll (soit pas moins de 9 pavillons) ; toutes les maisons seraient rasées pour construire un nouvel ensemble, sur plusieurs étages. Le promoteur a donc contacté les différents propriétaires pour leur faire des offres, à des prix très au-dessus du marché. Mais nos voisins, nullement intéressés pour vendre la maison familiale qu’ils occupent depuis près de 20 ans, ont poliment décliné… Le promoteur en question aurait donc passé la vitesse supérieure pour inciter nos voisins à les « rencontrer », pour qu’ils puissent « échanger ensemble » (selon la lettre datée du 13 juillet dernier). Coups de téléphone quotidiens, courriers à répétition, tout est bon pour les inciter à revenir sur leur position. D’après ce qu’elle nous a dit, au moins un des autres propriétaires concernés, ayant récemment réalisé d’importants travaux, se refuse à vendre. Mais devant les méthodes employées par le promoteur, les résistances commencent à céder… Lors de la dernière réunion de quartier, les riverains, lassés par les nombreux projets menés ou entamés sous la précédente municipalité (rue Fernand Herbaud, avenue Anatole France, rue Jean Charcot, rue Jules Princet, pour ne citer que ceux-là), la mairie s’est voulue rassurante : non, pas de projet de nouvel ensemble prévu sur le quartier ; bien sûr, nous allons maintenant privilégier la préservation du cadre de vie et le visage de l’hyper-centre d’Aulnay, etc. »

Voici une lettre envoyée par « territoire et développement » aux riverains, (cabinet d’architectes travaillant pour le promoteur d’après nos recherches) :

IMG_20150803_184103308

Quel sera la position de la municipalité alors qu’elle a été élue en partie grâce à un programme voulant mettre fin au bétonnage?

Actualité, Démocratie, Environnement, Urbanisme

Les platanes de la route de Bondy sont sauvés !

3 août, 2015 à 23:45 | Posté par

courrier mairie (platanes)_page2courrier mairie (platanes)_page1Ce coup de gueule dont nous parlions il y a quelques temps aurait-il porté ses fruits? Peu de temps après, Monsieur SOUMY, Directeur de l’Espace publique a reçu deux représentantes des riverains et leur a assuré que les platanes de la route de Bondy  ne seraient pas abattus. La distance de 1,20m entre l’arbre et les murs des propriétés a été retenu, un seul arbre est à 1,19m mais échappe à l’abattage. En l’absence du maire en congé, Madame Maroun, première adjointe a signé la lettre ci-jointe reçue ce jour.

Il semble que la municipalité ait pris en compte la demande des riverains et des associations et ne se réfère plus à l’arrêté de 1999. On ne peut que s’en féliciter. Les deux représentantes des riverains remercient la municipalité d’avoir entendu leur demande en regrettant toutefois la disparition du rond-point près du nouveau collège.

L’auteur de cet article fait partie d’une association ayant défendu l’action des riverains.

Conseil municipal, Education

Un parent au chômage, plus de cantine. Réaction du PCF local.

1 août, 2015 à 14:08 | Posté par

Veuillez trouver ci-joint la déclaration du PCF local sur la décision du maire de ne plus permettre aux élèves ayant un parent chômeur de bénéficier de la restauration scolaire.

Deux raisons peuvent être la cause de ce refus. Un accroissement du nombre d’élèves ressenti dans de nombreuses écoles créant une difficulté de la restauration ou le coût pour la municipalité sachant que des enfants de chômeur ont un tarif spécial.

Le communiqué ne cache pas que la précédente majorité avait le même règlement mais que les consignes d’application étaient plus souples. Notre blog souligne que ce règlement a toujours été illégal comme l’a confirmé le conseil d’état en 2009.

Quoiqu’en soit la raison, ce service profite davantage à ceux qui ne sont pas à la recherche d’emploi qu’à ceux qui le sont.

Actualité, Communication, Urbanisme

Avec Free, a-t-on tout compris?

24 juillet, 2015 à 8:31 | Posté par

Free Mobile veut ériger une antenne-relais au 48 Boulevard Charles Floquet. P1020428L’opérateur a déposé une déclaration préalable à la mairie le 10 avril dernier et cela lui suffit à pouvoir réaliser les travaux à l’issue de la fin du délai d’affichage de 2 mois. En effet, sans réponse d’une administration dans les deux mois, cela vaut acceptation.

La déclaration en mairie réalisée par Free concerne officiellement l’installation de trois antennes-panneaux sur un seul mât, intégrées dans une fausse cheminée, de couleur et d’aspect identiques aux cheminées existantes) et la pose de modules radiotéléphoniques sous les combles, non visibles depuis l’espace public. Les 3 antennes seront masquées dans une cheminée culminant à 14,78 m sur un toit dont le faîtage est à 11,28 m. La cheminée dépasse donc le toit de 3,50 m.
P1020427Nous sommes tous utilisateur de portables mais deux questions se posent:
Une cheminée à 14,78 m est-elle compatible avec les règles d’urbanisme applicables au quartier ?
De quel ordre serony les ondes émises par ces antennes?
Rappelons que paradoxalement à une idée courrament retenue, plus on met d’antenne, moins dangereux sont les signaux car les bornes doivent être de moindre puissances. Néanmoins, nous sommes dans une zone à faible couverture et il est peu probable que cette antenne soit bridée en puissance.

Actualité, Démocratie, Environnement, Urbanisme

Coup de gueule de riverains du quartier Nonneville, le mystère reste entier!

21 juillet, 2015 à 8:31 | Posté par

DSCN0246 Il n’a pas fallu longtemps aux riverains du quartier Nonneville pour répondre aux raisons évoquées par la municipalité pour abattre les platanes de la route de Bondy. L’absence de concertation, le coût pour les aulnaysiens, l’abattage de ces arbres sains, le peu de sérieux de s’appuyer sur un décret de 1999 (il ne semble pas que cet arrêté soit rétroactif:NDLR) ont provoqué une réaction rapide.

On sent dans le ton acerbe de cette lettre l’agacement de citoyens qui peut nuire à la compréhension de leur revendication. Néanmoins les signataires citent de façon limpide le CERTU (Centre d’étude sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques) qui infirme les raisons invoquées par la municipalité:  » La continuité des cheminements est un aspect important à ne pas négliger non plus. On rappellera que la largeur minimale du cheminement doit être de 1,40 m libre de mobilier ou de tout autre obstacle éventuel, une réduction à 1,20 m étant acceptée en l’absence de mur ou d’obstacle de part et d’autre du cheminement. »

La municipalité, en enlevant le rond-point et en abattant les platanes veut-elle faire de cet axe une voie plus fluide près d’une école maternelle et d’un collège?

L’auteur de cet article fait partie d’une association qui soutient le collectif des riverains.

Politique, Sports

Communication des élus PCF à propos de la fermeture de la piscine

20 juillet, 2015 à 17:07 | Posté par

Ce communiqué montre la crainte liée à la privatisation du centre nautique qui devrait remplacer la piscine de Coursailles irréparable. Les aulnaysiens, les écoles et les associations sportives auront-elles les mêmes conditions financières qu’auparavant? Quand ce projet se réalisera t’il?

Actualité, Environnement, Handicap, Urbanisme

Nouveau mystère sur la raison d’abattages de platanes à Aulnay

20 juillet, 2015 à 8:01 | Posté par

PMR-platanesRappelez-vous, il y a quelques jours, concrétisant des rumeurs pourtant démenties avec force, des platanes centenaires avaient tentés d’être mystérieusement abattus dans la cour de l’école de Nonneville. Les riverains avaient empêché cet abattage, la mairie avait décliné toute responsabilité et un agent municipal avait porté plainte.

Sans lien avec l’école de Nonneville mais dans une rue portant le même nom, nous reparlons aujourd’hui de l’abattage de 10 platanes contre lequel une mobilisation puis une pétition avait été lancé. Cette fois-ci, l’abattage est bien assumé par la municipalité et rentre dans un programme pour « rendre accessibles les trottoirs aux fauteuils roulants et aux poussettes », comme l’indiquait la municipalité dans un article du Parisien.

courrier_au_maire170715avec_ARMais patatras! Les riverains ont remis leur pétition au maire mais surtout une photo qui montre l’accessibilité parfaite des trottoirs aux fauteuils roulants et donc aux poussettes. Alors pourquoi la mairie a-t-elle raconté cette justification sur l’accessibilité et quel est donc ce mystère qui pousse à vouloir encore abattre des platanes à Aulnay?

Actualité, Justice, Sécurité, Solidarités

Les arrêtés anti-mendicité annulés, la municipalité condamnée

8 juillet, 2015 à 19:18 | Posté par

La municipalité avait pris deux arrêtés anti-mendicité, l’un le 29 avril 2014, l’autre le 30 septembre 2014. De nombreux citoyens, des associations et certains partis politiques avaient protesté. Une distribution de mendiants (dessert à base de fruits secs) avait même eu lieu sur le marché du Boulevard de Strasbourg.

Le tribunal administratif a donné raison à ceux qui depuis luttent pour annuler ces arrêtés et condamne pour chacun d’eux la municipalité à verser 1500€ au titre des frais exposés dans ces deux cas.

Rappelons que depuis l’entrée en vigueur du nouveau code pénal au début des années 1990, l’exercice de la mendicité ne constitue pas un délit lorsqu’elle n’est pas agressive.

L’auteur de cet article a participé à certains mouvements contre ces arrêtés.

Actualité, Environnement, Espaces verts

La ville réfute toute responsabilité dans l’abattage des platanes de l’école Nonneville

7 juillet, 2015 à 18:47 | Posté par

Il nous a semblé utile de demander à la municipalité quelques renseignements suite à l’article « Des riverains interviennent pour sauver les platanes de l’école Nonneville« . Ces coupeurs d’arbres n’auraient jamais été diligentés par la ville. Ils auraient profité du fait que des travaux étaient en cours dans les bâtiments pour pénétrer dans la cour. Une enquête interne est en cours et une plainte à été faite par le gardien à la police. Pourquoi la municipalité ne porte-t-elle pas plainte elle même?

C’est bien grâce à la vigilance des riverains et l’arrivée de M. Cuzon que le  pire n’a pas eu lieu.

Agenda, Religion

Atteinte à la laïcité: Le maire organise ce soir une cérémonie religieuse

7 juillet, 2015 à 15:23 | Posté par
Cuisine centrale d'Aulnay-sous-Bois

Cuisine centrale d’Aulnay-sous-Bois

Rupture du principe de laïcité par une invitation à une cérémonie religieuse organisée par la ville

Ce soir à 21h15, le maire d’Aulnay organise à la cuisine centrale une cérémonie religieuse (une rupture de jeune, lors du Ramadan, à laquelle certains reçoivent une invitation par SMS de la part de la première adjointe Séverine Maroun). La loi est pourtant claire, l’argent public ne peut servir à organiser des manifestations cultuelles, il y a ici clairement rupture du principe de laïcité comme l’a confirmé le préfet de Paris en 2011 pour une manifestation similaire [1].

Des précédents à Aulnay

Ce n’est pas la première fois que des cérémonies religieuses sont organisées par la ville d’Aulnay mais nous ne l’avions pas toujours relevé:

  • L’année dernière la même cérémonie avait été organisée et un reportage complet, mais absolument pas critique, avait été fait par l’adjoint à l’urbanisme Stéphane Fleury, sur AulnayLibre.
  • Le maire avait été aussi très critiqué lors de la dénomination de la place du Vieux Pays en Place Jean-Paul II, où les cartons d’invitation invitaient aussi à une cérémonie religieuse (une messe). Avait-elle été payée par la ville?

Une autre polémique au même moment

Cette affaire apparaît en même temps qu’une autre polémique relevée sur AulnayCap où l’adjointe Amélie Pinhéro est critiquée pour avoir organisé un barbecue à l’occasion de la rupture du jeûne. L’adjointe ne nie pas la situation et s’explique de façon plutôt convaincante en indiquant qu’elle avait effectivement décalé le début de l’horaire de ce barbecue annuel pour que ceux qui pratiquent le jeûne puisse y participer. MAJ à 16h45: L’adjointe précise même que ce repas avait lieu chez elle, et qu’il était financé par elle-même. Contrairement à la manifestation de ce soir il ne semble donc pas que ce soit une cérémonie religieuse organisée par la ville.

Accusations de clientélisme venant du propre camps de l’UMP… pour une manifestation identique hier

TweetCertains pourraient pointer l’incompatibilité d’une telle cérémonie municipale avec l’obédience maçonnique du maire, mais la critique qui fait le plus mouche est celle portée par Sens Commun, une antenne de la manif pour Tous à l’UMP, dont la propre première adjointe d’Aulnay-sous-Bois est membre. Par le biais de sa porte parole, Madeleine de Jessey, Sens Commun critique très directement Anne Hidalgo qui a organisé une cérémonie identique ce lundi 6 juillet 2015. Les mots sont clairs et directs, pour elle, cette manifestation porte « atteinte à la laïcité » et est motivée par des « intérêts clientélistes ».

 

Notes et références:

[1] Le préfet de Paris avait déclaré lors de l’organisation d’une cérémonie religieuse du même ordre en 2011 par la Mairie de Paris qu' »il apparaît que votre décision d’organiser une telle soirée à caractère cultuel semble contraire au principe de neutralité des services publics« .

Page 1 sur 64612345...»