Actualité, Culture

Lady Godiva, un opéra du CRÉA d’Aulnay-sous-Bois au Théâtre du Châtelet le 29 avril

27 avril, 2012 à 18:00 | Posté par

Lady Godiva, un opéra du CRÉA d’Aulnay-sous-Bois, sera joué par les CREA­tu­res au Théâ­tre du Châ­te­let, ce diman­che 29 avril à 17h00.

Pour y par­ti­ci­per ou obte­nir des infor­ma­tions com­plé­men­tai­res, vous pou­vez télé­pho­ner au 01 40 28 28 40

Tarifs : de 5 € à 10 €

« Lady Godiva est l’adaptation d’une fable celte du 11e siè­cle trans­po­sée dans un flip­per. L’histoire raconte qu’elle était la belle épouse de Léo­fric, comte de Coven­try. Les habi­tants de cette ville souf­fraient sous l’imposition acca­blante du comte. À plu­sieurs repri­ses, Dame Godiva fit appel à son mari, qui refu­sait obs­ti­né­ment de dimi­nuer les taxes. Enfin, las, il pré­ten­dit satis­faire à sa demande si elle mon­tait à che­val nue dans les rues de la ville. Dame Godiva le prit au mot, et tra­versa la ville, nue sur son che­val, sa lon­gue che­ve­lure pro­té­geant sa pudeur. Son mari tint parole et sup­prima les impôts. » Le CREA a trans­posé l’histoire de Lady Godiva dans un flip­per. C’est elle, la pin-up qui s’exhibe et dis­pa­raît au moin­dre tilt ou danse et cli­gnote lorsqu’un joueur gagne la par­tie. Mais depuis quel­que temps, pro­fi­tant de l’obscurité, une boule mys­té­rieuse se jette sur les cibles ou les bum­pers et explose les sco­res, déré­glant la belle méca­ni­que du flip­per. D’où vient cette boule ? Qui la lance ? Qui la cache ? Et où ? Lady Godiva délè­gue le comte Léo­fric, son fidèle spec­tre, le seul qui ait accès à tous les recoins du flip­per, pour qu’il inter­roge ses sujets et élu­cide le mys­tère…  »

Le CREA, une struc­ture uni­que en France

Depuis vingt-cinq ans, le CRÉA cen­tre d’éveil artis­ti­que d’Aulnay-sous-Bois déve­loppe, sous la direc­tion de son fon­da­teur, Didier Gro­js­man, un pro­jet artis­ti­que aty­pi­que dans le pay­sage vocal fran­çais fondé sur une phi­lo­so­phie d’éducation ori­gi­nale. Ici, enfants et jeu­nes, issus de tous les milieux, sont accueillis sans sélec­tion préa­la­ble pour une pra­ti­que du chant et des arts de la scène enca­drée par des pro­fes­sion­nels exi­geants. Ni conser­va­toire, ni école de spec­ta­cle, cette struc­ture uni­que en son genre entend conju­guer le plai­sir et l’excellence en contri­buant à l’épanouissement des indi­vi­dus, à la for­ma­tion de leur goût et de leur esprit cri­ti­que. A ce jour, l’on doit au CRÉA plus de cin­quante créa­tions d’opéras et de théâ­tre musi­cal dont la qua­lité leur vaut d’avoir été pro­gram­més et repris sur de nom­breu­ses scè­nes natio­na­les.

Un réfé­rent en matière d’éducation artis­ti­que et de réa­li­sa­tions scé­ni­ques

Au fil du temps, le CRÉA est devenu un réfé­rent en matière d’éducation artis­ti­que et de réa­li­sa­tions scé­ni­ques. Son action à Aul­nay-sous-Bois, en lien avec les divers par­te­nai­res, s’est éten­due dans les éco­les, auprès des séniors ainsi qu’au cœur des quar­tiers sen­si­bles, pour attein­dre à pré­sent plus d’un mil­lier de per­son­nes par an. Ce tra­vail exem­plaire se concré­tise aussi par de nom­breu­ses for­ma­tions en direc­tion des pro­fes­sion­nels de l’enfance et du spec­ta­cle don­nant éga­le­ment lieu à des créa­tions. L’ensemble de ces acti­vi­tés confè­rent désor­mais au CRÉA une incon­tes­ta­ble légi­ti­mité auprès des gran­des ins­ti­tu­tions dont l’Education natio­nale. Le CRÉA connaît aujourd’hui un rayon­ne­ment gran­dis­sant comme le mon­tre l’engagement résolu à ses côtés de nom­breu­ses per­son­na­li­tés du monde des Arts et de la Culture, à l’image du par­rai­nage actif de Nata­lie Des­say.

Vers la construc­tion d’un cen­tre de créa­tion vocale et scé­ni­que

Accueilli depuis sa créa­tion au théâ­tre Jac­ques Pré­vert, le CRÉA sou­haite aujourd’hui, deve­nir le pre­mier Cen­tre de Créa­tion Vocale et Scé­ni­que en France. Plus que jamais ber­ceau de créa­tion, de for­ma­tion et d’échanges, ce lieu situé au cœur de la Ville d’Aulnay-sous-Bois pour­rait ras­sem­bler un plus large public et favo­ri­ser sur une plus grande échelle les ren­con­tres artis­ti­ques et péda­go­gi­ques. Le pro­jet a reçu en février der­nier, le label Grand Paris, une dis­tinc­tion qui vise à valo­ri­ser les pro­jets contri­buant de façon exem­plaire à la construc­tion du Grand Paris.

Nata­lie Des­say, Mar­raine du CREA

« C’est dans son appro­che com­plète du chant dra­ma­ti­que et acces­si­ble à tous les enfants, que le CRÉA est uni­que. Depuis plus de vingt ans, cette struc­ture aty­pi­que contri­bue au renou­veau du réper­toire lyri­que par des enfants à tra­vers une démar­che enca­drée par des pro­fes­sion­nels. Com­ment pour­rais-je ne pas appor­ter mon sou­tien à cette com­pa­gnie qui défend ardem­ment l’accès à l’art lyri­que et forme ainsi le public de demain ».

Source : Com­mu­ni­ca­tion du CREA

Articles similaires:

Les commentaires sont fermés.