Cantonales 2011, Politique

[Cantonales Aulnay Nord] : Daouda Sanogo annonce sa candidature

21 février, 2011 à 6:00 | Posté par

Daouda Sanogo, sans étiquette, annonce sa candidature pour les prochaines élections cantonales à Aulnay Nord, dont le premier tour commence le 20 mars 2011. Sa suppléante sera Laurence Scaillet, employée du secteur privé, qui habite dans le quartier de la Rose des Vents.

Daouda Sanogo, Aulnaysien qui a déjà fait parler de lui sur MonAulnay.com

Dans un article qui date du 14 septembre 2009, MonAulnay.com informait que Daouda Sanogo avait remporté le lauréat national du concours « talents des cités« . Vous y trouverez notamment le détail de son parcours professionnel, orienté sur le recyclage des déchets et le respect de l’environnement.

Le 26 novembre 2010, M. Sanogo faisait encore l’objet d »un article, lorsque sa société, Alliance & Co, remporta le prix Eco Trophées 93.

Enfin, M. Sanogo a déjà été mis en avant par l’hebdomadaire municipal Oxygène, notamment pour Alliance & Co.

Une candidature qui se veut indépendante et citoyenne

Lorsque nous avons appris la nouvelle, la rédaction de MonAulnay.com a pris l’initiative d’en savoir un peu plus sur le sujet. Une des première question était de savoir quelles allaient être les orientations politiques de cette candidature. La réponse fut claire et précise : « aucun lien avec les partis de Gauche ou les partis de Droite« .

Daouda Sanogo rajoute :

« Le mouvement est ouvert à tout le monde, quelle que soit  l’affiliation politique ou sociale. Nous souhaitons faire remonter toutes les préoccupations des Aulnaysiens habitant le Canton Nord. Si dans le cas où ma candidature ne passerait pas au second tour, aucune consigne ne sera communiquée. Nous sommes très attachés à notre indépendance« .

Par ailleurs, M. Sanogo nous a transféré son premier tract de campagne, expliquant son programme, que vous pouvez consulter en cliquant ici ou sur l’image associée à l’article.

Rappel des candidatures

Listes de Gauche :

  • PCF: Miguel Her­nan­dez, adjoint au patri­moine bâti com­mu­nal et aussi un des quatre adjoint de quar­tier. Sup­pléante : Dja­mila Claisse
  • PS/PRG: Gérard Ségura, maire d’Aulnay-sous-Bois et conseiller géné­ral sor­tant du can­ton. Sup­pléante: Leïla Abdel­laoui
  • EELV: Fran­çois Sie­becke, ancien adjoint aux affaires sociales, à l’économie sociale et soli­daire qui a démis­sionné en avril 2010, conseiller muni­ci­pal. Sup­pléante: Mariella Par­mi­giani
  • POI : Jacques Leblond. Sup­pléante : Syl­vie Guy

Liste de droite :

  • UMP: Frank Can­na­rozzo, ancien adjoint à la sécu­rité, conseiller muni­ci­pal. Sup­pléante: Sté­pha­nie Michel-Gaudron

Liste sans étiquette :

  • Indépendant : Daouda Sanogo. Suppléante : Laurence Scaillet

Articles similaires:

6 Réponses à “[Cantonales Aulnay Nord] : Daouda Sanogo annonce sa candidature”

commenter
alain rabier | 21 février, 2011 à 13 h 02 min Navigue avec Mozilla Firefox Mozilla Firefox 3.6.13 sur Windows Windows XP
Navigue avec Mozilla Firefox Mozilla Firefox 3.6.13 sur Windows Windows XP

Trois bonnes nouvelles.
Il fait beau en Espagne et j’envoie les rayons du soleil andalou à MonAulnay.
Je ne connais pas Mademoiselle Scaillet, mais Monsieur Sanogo est l’incarnation du monde entrepreneurial d’aujourd’hui et de demain. Il a la classe et le feu sacré.
Enfin la jeunesse décide de prendre le pouvoir. La richesse et les décisions ne doivent pas être concentrées entre les mains des classes mûres de la société, qui n’en ont pas réellement besoin.
Bravo donc à ce ticket représentatif de la France moderne, loin des clichés néo-colonialistes qu’un certain parti ‘progressiste’ véhicule pour mieux manipuler.

commenter
didier b | 21 février, 2011 à 16 h 16 min Navigue avec Mozilla Firefox Mozilla Firefox 3.6.13 sur Windows Windows 2000
Navigue avec Mozilla Firefox Mozilla Firefox 3.6.13 sur Windows Windows 2000

Un peu de fraîcheur dans cette campagne cantonale qui offre de nouveaux visages et peut-être une nouvelle conception de la vie politique qui étymologiquement s’apparente à la gestion de la cité et non à des calculs d’instance fédérale sur la position à tenir pour le deuxième tour.
Après le prix ECO TROPHEES 93, pourquoi le prix POLE ETHICO 93.

commenter
olive93 | 21 février, 2011 à 21 h 58 min Navigue avec Mozilla Firefox Mozilla Firefox 3.6.13 sur Windows Windows XP
Navigue avec Mozilla Firefox Mozilla Firefox 3.6.13 sur Windows Windows XP

@alain rabier
je suis tout a fait d’acoord qu’il faille du sang neuf dans le paysage politique aulnaysien, qu’il faut bousculer les ligne, et c’est pour cela que je soutiens la candidature de Daouda SANOGO.
Je pense que les partis politiques gagneraient a intégrer, pas seulement pour la photo, cette nouvelle donne, et arrêter d’avoir une vision ethnocentriste de la politique. ce n’est pas parce que je suis noir ou arabe que je voterais PS. Car à Aulnay c’est plutot une politique de droite, et encore si l’on peut appeler cela de la politique

commenter
Romuald Weymann | 22 février, 2011 à 12 h 04 min Navigue avec Google Chrome Google Chrome 9.0.597.98 sur Windows Windows XP
Navigue avec Google Chrome Google Chrome 9.0.597.98 sur Windows Windows XP

« Daouda Sanogo, sans étiquette »

Très intéressant, le fait qu’il se présente sans étiquette.

Je trouve assez lamentable de la part des partis politiques de verser dans l’électoralisme ethnique; il suffit de voir l’hystérie lorsqu’Obama a été élu, alors qu’il est Américain avant d’être un métis noir/blanc; même si évidemment son élection fait suite à un contexte particulier de racisme anti-noir. Mais s’il a été choisi par des électeurs juste pour sa couleur de peau, c’est triste.

On nous martèle qu’il est stigmatisant d’évoquer les origines ethniques, mais ces mêmes origines ethniques sont exploitées à des fins électoralistes.

Tout dernièrement même, une certaine responsable de parti politique, présente au Sénégal pour le Forum social mondial, a carrément déclaré que le Mali et le Sénégal sont essentiels, à ses yeux, pour la « diplomatie électorale française » (sic).
Je ne parle même pas des politiciens qui l’an passé sont allés en Algérie pour y draguer… l’électorat algérien de France (cf cet article tiré de la presse algérienne http://www.lexpressiondz.com/article/2/2010-11-04/82449.html ).

Et on se rappellera Alain Dolium, qu’un certain F. B. chef de file d’un certain parti politique avait présenté comme son Obama français en Ile-de-France aux Régionales 2010, ou à Ali Soumaré, icône de la « diversité » aux yeux d’un certain autre parti politique, et à qui n’ont été au final accordées que des miettes malgré la belle réussite dans le fief où il a été parachuté (près de 60% des suffrages, me semble-t-il, dans le 95 malgré une crasse campagne de dénigrement orchestrée par la majorité présidentielle).

On doit pouvoir élire en fonction d’un programme politique, non en raison d’une couleur de peau, d’une confession religieuse, d’une orientation sexuelle ou même de sexe d’un candidat.

Bref bonne chance à Daouda Sanogo.
Même si j’imagine sans peine qu’il ne pourra faire le poids devant les « grosses écuries ».

commenter
alain rabier | 22 février, 2011 à 23 h 20 min Navigue avec Mozilla Firefox Mozilla Firefox 3.6.13 sur Windows Windows XP
Navigue avec Mozilla Firefox Mozilla Firefox 3.6.13 sur Windows Windows XP

@ Romuald

J’aime beaucoup votre argumentation toujours très étayée, mais je ne comprends pas votre pessimisme.
A force d’être pessimiste, on finit par ne rien faire et sombrer dans le ‘à quoi bon’. Bref, tout le contraire de Daouda Sanogo.

commenter
Romuald Weymann | 23 février, 2011 à 10 h 15 min Navigue avec Google Chrome Google Chrome 9.0.597.98 sur Windows Windows XP
Navigue avec Google Chrome Google Chrome 9.0.597.98 sur Windows Windows XP

Alain, ce qui paraît être du pessimisme est en fait pour moi de la lucidité : le monde politique est très conservateur.

Prenons par exemple la loi sur la parité (2000 ou 2001), censée instaurer une discrimination positive dont les bénéficiaires devaient être les dames. Je n’ai pas l’impression que cette parité soit très appliquée ?

Quid des politiciens « quadra » ou même plus jeunes, dont la voix porte difficilement face aux vieux baroudeurs quinqa, voire sexagénaires ou plus.

Bouquet final, la fameuse « diversité » tant martelée par les politiciens et que pourtant bien peu d’entre eux appliquent.

J’ai donc l’impression, peut-être erronée mais les faits semblent me donner raison, que le monde politique ne veut pas bouger sur des lignes qu’il lance lui-même.
L’adage « ceux qui en parlent le plus qui en font le moins » pourrait parfaitement coller à cette situation…